lundi 14 juillet 2008

le Quart d'Heure Icones : Hunter S Thompson


pic: ebooknetworking.com

Tout le monde a vu Fear and Loathing in Las Vegas (Las Vegas Parano in VOFR), le film de l'ancien Monthy Python avec un Johnny Deep qui deraille et des gens avec des queues d'alligators dans une baignoire, arrose a la sauce speed . WTF ? Justement, de point il n'y en a point mais c'est juste une formidable retanscription du lifestyle de Hunter S Thompson , l'auteur du bouquin dont a ete tire le film.

Vendredi soir est sorti aux US un documentaire ," Gonzo, The Life and Work of Hunter S Thompson" , sur la vie et l'oeuvre de ce monstre sacre americain, l'inventeur entre autre du journalisme gonzo et l'un de mes auteurs preferes. Ce n'est pas le premier mais surement le plus complet portrait du bonhomme, avec des home videos et des enregistrements cassettes inedits, des morceaux de manuscrits et des photos persos qui contribuent a la qualite du reportage, a la fois strict , a la History Channel avec les titres sous les gens qui parlent, et bouillonnant, frenetique et bordelique comme le personnage lui-meme.


Illustration : Ralph Steadman via marketworks.com

Thompson , c'est un type a la fois caracteriel et romantique qui recopie sans arret des centaines de pages de The Great Gatsby de Fitzgerald pour tenter de devenir l'ecrivain qu'il reve d'etre, peaufine ses articles pour Rolling Stones avec un souci du detail extreme et est incapable de rendre un papier a l'heure . Arme de son porte cigarette dore et de ses lunettes a verres jaunes en toutes circonstances, seuls l'eclat petillant de ses yeux et le fin sourire ironique laissent presager de son humour et de son energie irrepressible.


pic: biography.com

Mais Thompson c'est aussi le mec du find fond du Colorado , avec une tete white trash de prolo neo-nazi, le genre a collectionner les armes et a tirer dans tous les sens a travers la campagne, a commander de maniere naturelle 3 gins et 6 bieres dans le wagon-restaurant d'un train et a consommer des doses surhumaines de toutes les dopes que la terre aie produites tout en restant stoique dans une conference de presse des plus mortellement ennuyeuses.

Il justifait le fait de citer la Bible dans ses articles, que ce soit pour Sports Illustrated, Rolling Stone ou dans ses couvertures de campagnes politiques, pas vraiment a cause des ses convictions religieuses, mais parce que c'est le seul bouquin qui etait disponible , et encore aujourd'hui, dans n'importe quelle chambre d'hotel americaine entre son verre de Jack et ses tonnes de cigarettes (d'autres vous diront que l'on peut faire grace a cette bible, le bottin et le fer a repasser de tres bons sandwichs au fromage grille mais ceci est une autre histoire).

Le documentaire est un tourbillon d'interviews et de scenes qui s'entrechoquent comme des glacons dans la vie de Thompson, toujours a la recherche irreverencieuse et humoristique de l'American dream, des bieres en vrac a l'arriere.

C 'etait un fabuleux boute en train, un journaliste politique realiste et farfelu qui comme Coluche, a tente de se faire elire - non comme president, mais comme Sheriff de Aspen, CO et , coiffe d'une perruque, a cree une emeute chez les conservateurs horrifies - un ecrivain obessessionnel qui denoncait le faux par le faux ( jusqu'a defendre Mac Govern, un opposant de Nixon en pretendant que Muskie, un des allies de Nixon, se droguait avec un produit brezilien inconnu) avant de shooter dans sa machine a ecrire ou un fax refractaire avec un Colt Python 357 Magnum.




Some Hell's Angels
Pic: Blog.wired.com


Ceux qui l'ont connu racontent ses actions celebres mais aussi ce qu'il ecrivait : comment, agrippe a la taille d'un Hells Angel's , micro a la main sur les routes de Californie ou bien dans la convention democrate de 1968 a Chicago, il poursuivait ce meme ideal de verite, celle , brutale et sans concession de la vie qui doit etre vecue a fond ou cesser immediatement.
Il y a Sonny Barger, ex-leader des Hell's Angels, il y a Jimmy Carter, ex-President . Il y a Pat Buchanan de Rolling Stone et Tom Wolfe , avec pochette en dentelle, le pendant aristocratique et non moins dejante de Thompson.


Pic:metroactive.com

Il a decrit avec le meme regard placide et technique l'orgie sexuelle de la rencontre des Hell's avec la femme de Neal Cassidy , lors de la party organisee par les Merry Pranksters de Ken Kesey (racontee egalement par Wolfe dans The Electric Kool Aid Acid Test) ou la victoire de Nixon . Mais interieurement , cet homme trop grand pour lui meme bouillonne d'ideaux et de defis qui vont finir par l'ecraser et le depasser, lorsque devenu celebre il ira plus loin encore dans l'exces, jusqu'a participer a des partouzes qu'il organise dans la maison ou il vit avec sa femme et son fils.

Ce qui me plait le plus dans ce type a la fois capable de la plus extreme violence et la plus grand finesse litteraire c'est qu'il est intemporel : si le monde qui l'a rendu celebre etait tres different du notre, son epoque n'est pas finalement si eloignee, quand on voit comment, pour des motifs differents mais comme dans les 60's, les USA sont embourbes dans une guerre stupide et sans fin, et les campagnes politiques sont plus organisees comme des shows de rock-stars que comme de reelles prises de position face a des problemes persistants.


Pic: wikimedia.org
Lors de ses funerailles ses cendres ont ete projetees dans les montagnes du Colorado du haut d'une tour dont ce signe a ete le modele et dont il avait fait les plans . Megalo? surement mais...


Il represente pour moi la notion de subversif, et de puissance contre-culturelle, des termes qui de nos jours ont ete vides de leur substance.

J'ai ce sentiment d'etre en face d'une personnalite rare, accablee par un talent trop lourd a porter faisant de lui un pantin egoiste, incapable malgre-lui de vivre avec les autres. Le sentiment aussi qu'il n'y a a pas de Hunter S Thompson en 2008.

J'aime la facon desabusee qu'il a eu de considerer sa carriere d'un oeil torve et alcoolise, avec la lucidite imparfaite mais rigoureuse de l'intelligence. Celle qui l'a pousse a terminer sa vie haletante et vecue a 400% d'un coup de feu, qui a fait comme le bruit d'un livre qui tombe a plat par terre.

3 commentaires:

Raoul Deux a dit…

Encore une fois tres bien ecrit. Et j'en ai appris des trucs, tiens.
Sinon je suis assez d'accord qu'on ne semble pas trop avoir d'equivalent la, enfin pas a ma connaissance. Du moins pas de reference incontournable -- c'est peut etre l'epoque qui veut ca, plus besoin d'etre exceptionnel pour se faire entendre, on a dilue le genre dans une mare de blogs, vlogs et autres cyber purges; plus facile et moins salissant, et ca permet d'avoir un vrai job a cote (parce que quand meme, c'est la crise, et les terroristes nous en veulent). Mais il manque un je-ne-sais-quoi (comme on dit en Arkansas) de dedication et de verite du coup, non?

sinon pour info, dans les hotels en europe il n'y a ni bible... ni fer a repasser! je survis, de peu.

JelizaRose a dit…

Hey ! Tu l'as DIS Bouffi je crois que dans ce monde actel ce qui n'existe plus c est la DEDICATION, la vraie, la corps et ame (et ce n est pas une brand). Plus le subversif, mais ca c est une autre histoire....

Violaine S a dit…

notre idole à tous!