mardi 22 juillet 2008

At The Starlight 6 Drive-In


Vendredi soir, c'etait la sortie de Batman, The Dark Knight. Et quoi de mieux pour en profiter qu'une seance au Starlight 6 Drive-In ?

A Atlanta on a pas mal de chance, ca ne ressemble ni a NYC ni a Miami ni a SF ni a rien, c est LA CAMPAGNE. Americaine. Celles des interstates a 14 voies, des Waffle House tous les 2 miles, de la route a bandes jaunes comme dans Easy Riders, des Dinners en alu...et des Drive In cinemas.

Ces antiquites sont des elements fondateurs de la pop culture americaine, celle qui est nee apres WW2 et a erige le culte de la voiture dans les banlieues et les etats perdus, soit...presque partout. Il y a deja les banques drive-in, les pressings drive-in, il y a aussi eu les cinemas drive-in. Come celui de Grease. Le principe ? Un immense parking, en amphitheatre quand ca a ete bien pense, un snack/salle de projection, et un ecran geant. Le son est transmis par radio sur une frequence determinee jusqu'au siege du spectateur, qui est aussi le siege de sa voiture.

C est la que la magie opere , un son dolby surround pointilliste diffuse par toutes les fenetres ouvertes, la terre entiere comme salle de cinema.

Dans les annees 50 c'etait la classe , d'emmener sa date au drive-in. Quoi de mieux que les sieges d'une Chevrolet Bel Air pastel au coucher du soleil pour discretement passer sa main sous une jupe corolle ?


C'etait aussi un tuc familial, on chargeait tout le monde a l'arriere pour une seance inopinee, et les gamins dans leurs berceaux s'eduquaient devant les road movies ou les premiers slashers , et finalement la star c'etait les etoiles derriere la colline.

Mais comme les santiags, les boucles de ceinture sculptees et les vestes en jean sans manches, le drive in cinema est devenu un artifact prolo, mal fame, et de Baltimore au New Hampshire on en rigole encore. On a vite ferme les drive-in porno et dans les campagnes il est rare aujourd'hui de tomber sur les grands parkings en friche avec le signe 50's completement decolore et envahi par les herbes.

pic: kenbailyphoto.com

Certains etats se battent pour faire revivre cette ambiance particuliere, et ca marche plutot bien.

A l'entree, c'est $6 pour deux films, le ticket est sponsorise par les stations services El Cheapo (ca ne s'invente pas) et on se gare sur un parking gondole qui surplombe un ecran immacule derriere les fumees des barbecues portatifs et le plastique bleu des glacieres.

un sponsor du Drive In, sympa, El Cheapo!

Le public, des familles nombreuses avec materiel de camping en SUV, quelques gangsta en Cadillac tunees jantes 19 pouces qui ne laissent depasser qu'une forte odeur de weed de leurs vitres teintees, Brian l'etudiant braillard au coffre rempli de bieres et de balles de base ball, qui essaie de seduire Jess dans sa Honda Civic rutilante, quelques rednecks en Chevrolet Silverado, 365 chevaux et 20 L/100 km, avec bobonne en perfecto 90's, copie conforme d'une Melanie Griffith dans Another Day In Paradise.

La voiture au cinema, avec une Bucsh, la biere moins chere que l'eau



Des Rednecks et des Trucks


Pas de musique, d'effet de masse, on est comme partout aux US tout seul avec sa famille et on respecte surtout l'espace vital de chacun. On se fait taxer une clope, un ado joue au caps.

Ce qui est agreable en fait, c est que ce genre d'endroit n'est absolument pas a la mode. C'est ringard, old-style, ca sent la vieille frite et le blockbuster.
Je pense qu'un vrai revival ne saurait tarder , version chic sur le toit de l'hotel Mercer dans le Meatpacking Disctrict ou au bout des pistes cyclables a Cape Cod.
L'impression que c'etait deja juste deja comme ca en 1954, la clim en moins, est prenante. Le snack lui meme, qui vend des burgers Chick Fil' A locaux dans les petits sacs en alu et des nachos noyes dans du cheddar, n'a pas bouge d'un pouce. Les serveuses ont juste pris un peu de moustache.

Meme ici, les americains ont soucieux de leurs confort : les trucks sont gares a l'envers et a la tombee de la nuit, les gamins en pyjama sautent dans les couettes et les oreillers installes dans le coffre.


On regarde la lune monter dans le ciel, soda et burger en main, tandis que clignotent les milliers de LEDs des batteries sur les tableaux de bord. Le regard perdu sur l'ecran, pieds sur le volant, on oublie que dans 2h, cette meme batterie sera entierement vide :-)

2 commentaires:

elixie a dit…

Evidemment, ça donne envie (sauf peut-être la bière moins chère que l'eau, et encore, ça se tente)

JelizaRose a dit…

(hehe autant boire ca que de la Bud :-))